La dame de compagnie de nos jours

La dame de compagnie de nos jours - Maélie Chassé

Bien que souvent associée à une époque depuis longtemps révolue, le métier de dame de compagnie n'est pas disparu de notre société, elle s'est adaptée. La dame de compagnie est par définition, l'assistante personnelle d'une personne dans sa vie domestique, sans être considérée pour autant comme une domestique. Il s'agit au contraire d'une auxiliaire de vie. La dame de compagnie est une personne de confiance qui passe du temps avec la personne, souvent âgée ou handicapée et qui l'accompagne au quotidien, au et en dehors du domicile. Le statut de la dame de compagnie n'est pas reconnu comme tel, il est apparenté à celui de l'auxiliaire de vie. Ses fonctions peuvent donc être plus larges dans la pratique qu'une simple présence, ou un accompagnement de la personne. Comme cette amie qui a accompagné un homme chez son Syndic de faillite St-Jérôme, car il ne pouvait s'y rendre seul.

La demoiselle de compagnie, peut notamment, prendre en charge soit la gestion du personnel domestique et des démarches administratives (elle est alors appelée gouvernante), soit les tâches ménagères et les courses (auxiliaire de vie). Elle peut également faire office d'assistante maternelle quand le foyer comprend aussi des enfants, en bas âge, mais pas seulement. Elle aide ainsi à la garde, mais également participe à l'éducation des enfants, accompagnant la personne à charge dans sa mission de parent (notamment quand il s'agit d'une personne handicapée). Dans cette fonction, toutes les aides relatives au corps (toilette, aide au lever et coucher, accompagnement pour marcher, aller aux toilettes) sont accessibles à la personne fragile pour se sentir assurée, épaulée. Pour créer un cercle de confiance autour de la personne vulnérable, la dame de compagnie qui intervient au nom d'une association professionnelle des aides au maintien à domicile, peut être amenée à réaliser son travail de nuit. Elle peut dormir bien évidemment, mais doit garder une oreille attentive aux demandes de la personne à charge qui pourrait avoir besoin de se tourner dans son lit, de s'hydrater ou d'aller aux toilettes.

Là encore, cette mission participe non seulement à l'aide physique de la personne, mais également, de son aide psychologique, la rassurant et lui redonnant confiance en elle-même. Tout en étant une épaule sur laquelle la personne à charge peut s'appuyer, elle ne doit pas se convertir en une béquille indispensable, mais au contraire doit favoriser à chaque instant l'épanouissement de la personne à charge en l'incitant autant que faire se peut, à prendre l'initiative et à faire le plus de choses possibles par elle-même.